Réseau Recherche : ÉTUDES FINALISÉES

  • Cranioscore (Dr Cinotti, CHU Nantes). Il s’agissait chez les patients opérés d’une tumorectomie par craniotomie de déterminer les facteurs de risques de complications neuro-chirurgicales graves en post-opératoire. Une première cohorte de création du score a été élaborée sur 1094 patients. Les facteurs de risque sont entre autres, les antécédents de craniotomie, le volume de la tumeur, l’administration per-opératoire de produit sanguin et une osmothérapie. Un score a été validé sur une 2ème cohorte multicentrique (6 centres) de 800 patients. Les résultats sont en cours de publication.
  • L’enquête sur la prévalence de l’hypothermie périopératoire en France (Dr Pascal Alfonsi, hôpital Saint-Joseph, Paris) conduite chez 928 patients répartis dans 52 centres montre que 53,5% d’entre eux arrivent en SSPI avec une température centrale inférieure à 36°C alors qu’un système de réchauffement actif a été utilisé dans 90,4% des cas. Le nombre de moyens utilisés et les modalités de réchauffement cutané sont les principaux facteurs indépendants sur lesquels l’anesthésiste peut agir pour réduire la prévalence de l’hypothermie. Les résultats sont en cours de publication.
  • L’enquête DN4-SFAR conduite chez 597 patients au total a mis en évidence qu’à J0 et J2 post-chirurgie, 53 % et 48 % des patients étaient douloureux et parmi eux, respectivement, 6 % et 13% souffraient de douleur neuropathique. (et son lien avec la chronicisation de la douleur (à 1 et 2 mois post chirurgie). Deux mois après la chirurgie, 18% présentaient une douleur neuropathique. L’existence d’une douleur neuropathique préopératoire était le principal facteur de risque de douleur neuropathique à 2 mois de la chirurgie. Les résultats ont été publiés dans l’European Journal of Anesthesiology en 2017.