Indications et modalités de l’électroconvulsivothérapie

Titre en anglais: …

RFE FFP
1442414915_vector_65_131997 – Dernière version à jour
Source(s) : Site Fédération Française de Psychiatrie
Référence de la publication :
Résumé / Conclusion :
La sismothérapie ou électroconvulsivothérapie (ECT) (le terme électrochoc doit être abandonné) a été introduite en France dans le traitement des maladies mentales dans les années 40. Les techniques employées initialement produisaient des convulsions motrices impressionnantes, à l’origine d’accidents traumatiques parfois graves.
Actuellement, une séance d’ECT doit être réalisée sous anesthésie générale et avec une curarisation pour limiter les effets secondaires. L’utilisation d’une curarisation (par myorelaxants) a pour but de diminuer les convulsions motrices et leurs conséquences traumatiques. L’anesthésie brève (quelques minutes) évite l’angoisse du patient liée à la paralysie des muscles respiratoires engendrée par la curarisation.
Le traitement consiste à provoquer une crise comitiale généralisée au moyen d’un courant électrique à administration transcrânienne. Plusieurs séances sont répétées et espacées dans le temps. De nombreux travaux de bonne qualité (études comparatives randomisées) permettent de préciser l’efficacité, les indications actuelles de l’ECT et les modalités de sa réalisation.
Sommaire – Table des matières :

Quelles sont les indications d’un traitement par électroconvulsivothérapie ?

I. Quand proposer un traitement par ECT ?
II. Les pathologies

1. La dépression

1.1. L’ECT a une efficacité curative à court terme démontrée sur les dépressions majeures
1.2. L’ECT a une efficacité comparable aux antidépresseurs dans les dépressions majeures
1.3. La nécessité d’un traitement de consolidation s’impose dans les suites d’un traitement par ECT

2. Les accès maniaques
3. La schizophrénie
4. Les autres indications

III. Situations particulières

1. La grossesse
2. L’enfant et l’adolescent
3. La personne âgée

Quelles sont les contre-indications à l’ECT ?

I. CONTRE-INDICATION ABSOLUE
II. CONTRE-INDICATIONS RELATIVES

Quels sont les risques et les effets indésirables de l’ECT ?
Quelles sont les conditions techniques de réalisation des séances d’ECT ?

Auteur(s) : Groupe de travail:

  • COMITÉ D’ORGANISATION

Professeur Guy DARCOURT, Psychiatre, Hôpital Pasteur, Nice
Professeur Alain DUROCHER, Méthodologie, ANAES, Paris
Docteur Jean-Marie ENJALBERT, Psychiatre, Clinique de Saint-Martin de Vignogoul, Pignan
Docteur Jean GARRABÉ, Psychiatre, Institut Marcel-Rivière, Le Mesnil-Saint-Denis
Docteur Jacques GLIKMAN, Psychiatre, EPS de Ville-Évrard, Neuilly-sur-Marne
Professeur André LIENHART, Anesthésiste réanimateur, Hôpital Saint-Antoine, Paris
Docteur Bernard PAQUET, Anesthésiste réanimateur, Polyclinique Chirurgicale, Montreuil
Docteur Lionel PAZART, Méthodologie, ANAES, Paris

  • GROUPE DE TRAVAIL

Coordonnateurs
Docteur Jacquec GLIKMAN. Psychiatre, EPS de Ville-Évrard, Neuilly-sur-Marne
Docteur Lionel PAZART, Méthodologie, ANAES, Paris
Membres
Docteur Marc AURIACOMBE, Psychiatre, Hôpital Charles Perrens, Bordeaux
Professeur Jean-François CHEVALIER. Psychiatre, Hôpital Richaud, Versailles
Docteur Philippe COFFINET. Psychiatre, CHS Saint-Rémy
Profecseur Guy DARCOURT. Psychiatre, Hôpital Pasteur, Nice
Docteur William de CARVALHO. Psychiatre, Hôpital Sainte-Anne, Paris
Docteur Jean-Marie ENJALBERT. Psychiatre, Centre Psychothérapique Saint Martin de Vignogoul, Pignan
Docteur Bernard FRICARD. Gériatre, Centre de Gériatrie, Wasquehal
Docteur Emmanuel HENRY. Neurologue, Hôpital Neurologique, Lyon
Docteur Christophe LERMUZEAUX. Psychiatre, Institut Marcel-Rivère, Le Mesnil-Saint-Denis
Professeur LIENHART, Hôpital Saint Antoine, Paris
Docteur Eric VIEL. Anesthésiste Réanimateur, Centre Hospitalier Gaston-Doumergue, Nîmes