LE BILAN DE L’ANNÉE ET LES PROJETS POUR 2017

Cette année a été pour la SFAR particulièrement riche en innovations. Au premier rang de celles-ci on peut citer les Web TV qui ont réuni pour chaque rendez-vous plus de 1000 participants sur des sujets d’actualité : les examens complémentaires préopératoires, l’organisation et la répartition des soins péri opératoires entre anesthésistes et chirurgiens et plus récemment la fin de vie en réanimation dans le cadre de l’application de la loi Claeys-Leonetti. Le rythme de ces conférences qui constituent maintenant un rendez-vous incontournable, se poursuivra à raison de 3 ou 4 par an.

Dans le même esprit pionnier en termes de partage du savoir, la SFAR organisera le samedi 4 février son premier e-congrès. Cet événement, réellement innovant, permettra de suivre en direct en ligne tout au long de la journée dans deux salles virtuelle en parallèle, une douzaine de sessions de 45 minutes, animées chacune par un modérateur et regroupant 3 ou 4 experts. Des symposiums seront également au programme. Un large éventail de sujets sera ainsi proposé permettant à chacun de faire son choix. Les participants inscrits au congrès en ligne, qui n’auront pu assister en direct à toutes les sessions, pourront le faire en différé dans les semaines suivant ce congrès dématérialisé. Cette offre, complémentaire de celle du congrès présentiel annuel et des formations monothématiques, permettra également à la SFAR de rayonner au-delà des frontières hexagonales vers les pays francophones.

La SFAR poursuivra en 2017 la publication de recommandations destinées à aider les professionnels dans leur pratique clinique. Ces recommandations de « bonne pratique clinique » seront disponibles en libre accès sur le site de la société. La SFAR s’efforce de maintenir un esprit de rigueur méthodologique et de sérieux scientifique sur les sujets qui touchent à l’anesthésie et la réanimation, qu’elle agisse pour son propre compte ou lorsqu’elle est sollicitée par d’autres sociétés savantes, pour établir des recommandations. Elle s’attache également à simplifier les textes, gage d’une plus grande clarté, d’une meilleure visibilité et in fine de leur mise en pratique. En effet, l’objectif n’est pas d’enfermer les professionnels dans un carcan de règles mais réellement de leur fournir des outils pour améliorer leur pratique et répondre à leurs questions.

La SFAR est un réservoir d’experts dans lequel puisent les organismes gouvernementaux (direction générale de l’offre de soins, haute autorité de santé, agence nationale de sécurité des médicaments, direction générale de la santé, caisse nationale d’assurance maladie, cour des comptes etc…) lorsqu’un avis sur l’exercice de la profession ou plus généralement sur l’offre de soins et le système de santé, est requis. Cette année, la SFAR a participé et contribué au consensus, sur deux textes importants concernant l’exercice de la profession d’infirmier anesthésiste et l’actualisation du décret sur la sécurité en anesthésie, qui seront nous l’espérons publiés en 2017. Ces deux textes maintiennent d’une part les rôles respectifs des médecins anesthésistes réanimateurs et des IADE tout en prenant en compte l’évolution des pratiques et d’autre part préservent les acquis concernant la sécurité en anesthésie tout en s’adaptant aux évolutions technologiques et organisationnelles. Au travers de son comité vie professionnelle, la SFAR est par ailleurs au service de ses adhérents pour les accompagner et les éclairer quand ils rencontrent des difficultés professionnelles et souhaitent une aide dans ce domaine.

La dynamique propre de la société s’est poursuivie grâce à l’investissement de plus de 200 membres des comités et des groupes de travail. Leur travail et leur engagement permettent d’offrir aux adhérents une somme considérable de connaissances mises à disposition sur le site web et d’instituer de nouveaux projets tels que la mise en place du réseau recherche et la réflexion sur l’hôpital écologique. Qu’il me soit permis de les remercier ici personnellement et au nom du Conseil d’Administration. Je souhaite également m’adresser à tous ceux qui ont postulé pour intégrer ces comités et dont la candidature n’a pas été retenue faute de place, pour leur dire que la SFAR souhaite mettre leur énergie et leur compétence au service de la collectivité d’une façon ou d’une autre dans les mois à venir.

Le résultat de cette dynamique est un flux d’adhésion qui cette année a largement dépassé les 3000 membres montrant ainsi l’intérêt des professionnels pour leur société savante. Ce mouvement doit s’amplifier et le fait qu’un nombre croissant de jeunes praticiens rejoignent la SFAR avec leur dynamisme et leur force d’innovation est extrêmement encourageant.

En attendant de nous retrouver en 2017, Le Conseil d’Administration de la SFAR souhaite donc à tous ses adhérents anciens et nouveaux, d’excellentes fêtes de fin d’année et pour 2017 une année riche en projets professionnels et personnels.

Pr Francis BONNET

le président de la SFAR