Mieux vivre la réanimation

Titre en anglais: Improve living in the intensive care unit

RFE SFAR
1442414915_vector_65_132009 – Dernière version à jour
Source(s) : Site SFAR
Référence de la publication :

  • Annales Françaises d’Anesthésie et de Réanimation 29 (2010) 321–330 /
    Réanimation (2010) 19, 191—203

 

Résumé / Conclusion :
La réanimation est un lieu de vie :

  • vie mise en jeu pour les patients en raison des maladies graves ou des accidents qui justifient leur admission ;
  • vie sauvée grâce aux techniques qui permettent de sup- pléer aux fonctions défaillantes ;
  • vie qui peut y débuter pour les nouveau-nés et les enfants victimes d’affections graves ;
  • vie qui peut malheureusement s’y terminer, malgré les efforts de tous et les progrès techniques, en évitant toute obstination déraisonnable.

La réanimation est aussi une agression :

  • pour les patients qui doivent y subir l’application des techniques de suppléance lourdes et souvent invasives et parce que la technicité des soins, les impératifs de sécu- rité et de surveillance créent des conditions de vie très difficiles ;
  • pour les familles et les proches, soumis, parfois très bru- talement, à l’angoisse de la disparition possible d’un être cher, confrontés à un milieu hospitalier et technique cho- quant dans lequel l’humanité peut paraître absente ou négligée ;
  • pour tous les personnels soignants confrontés aux diffi- cultés techniques, dans un contexte de contraintes de fonctionnement, de ressources et de communication.

Les objectifs de cette 6e Conférence de consensus sont de proposer des recommandations permettant aux patients, à leurs familles et aux personnels soignants de mieux vivre la réanimation.

Sommaire – Table des matières :

  1. Quelles sont les barrières au «mieux vivre» en réani- mation? (ce qui sous-entend pour le jury: définir les obstacles au mieux vivre et leurs conséquences) ;
  2. Comment améliorer l’environnement en réanimation? (pour le jury : quelles améliorations pratiques, architec- turales, organisationnelles et procédurales proposer ?) ;
  3. Quels sont les soins qui permettent de « mieux vivre » la réanimation? (pour le jury: déterminer les techniques, les procédures de soins et les organisations soignantes qui améliorent la vie des patients au cours de leur séjour et après leur sortie) ;
  4. Quelles stratégies de communication en réanimation? (pour le jury: proposer de meilleures procédures de communication entre patients, soignants et familles mais aussi au sein des équipes soignantes et des différents corps de métier intervenant dans la prise en charge des patients et des familles) ;
  5. Comment personnaliser un processus décisionnel ?
Auteur(s) : F. Fourrier Groupe de travail:

  • Président du Comité d’organisation C.MARTIN (Marseille)
  • Comité d’organisation
    SFAR : J.-Y. Lefrant (Nîmes), M. Leone (Marseille), C. Paugam (Clichy), O. Paut (Marseille)
    SRLF : G. Capellier (Besan ̧con), A. Cravoisy (Nancy), L. Dupic (Paris), I. Verheyde (Roubaix), I. Vinatier (La Roche- sur-Yon)
  • Jury du consensus
    Président du jury : F. Fourrier (Lille)
    Membres E. Belle (Besan ̧con)
P. Blanchet (Cornebarieu) J. Charpentier (Paris)
V. Das (Montreuil-sous-Bois) O. Fourcade (Toulouse)
I. Granier (Toulon)
G. Lebuffe (Lille)
C. Milesi (Montpellier)
L. Muller (Nîmes)
J. Pingat (Dijon)
C. Schwebel (Grenoble)
R. Vialet (Marseille)
    Conseillers scientifiques SFAR : S. Beloucif (Bobigny) SRLF : E. Azoulay (Paris)
    Chargés de bibliographie
    SFAR : F. Michel (Marseille)
    SRLF :
    I. Coquet (Suresnes),
    A. Lautrette (Clermont-Ferrand)