Cardiovasculaire

MTEV périopératoire, que savons-nous en 2017 ?

La thrombose veineuse profonde et son pendant autrement plus menaçant qu’est l’embolie pulmonaire forment un duo incontournable de la période périopératoire, responsable de près de 10% des décès de cette période. Malgré leur caractère évitable, leur incidence ne semble pas diminuer. Alors que savons-nous de la MTEV ?

Hypoxie valvulaire veineuse par l’abolition du flux pulsatile veineux, dysfonction endothéliale veineuse, facteur tissulaire, ou accumulation de plaquettes et leucocytes. Bref, on passe simplement en revue l’état des connaissances sur la formation des thrombi veineux et on aborde les nouvelles voies de traitement (car l’anticoagulation ne fait visiblement pas son boulot pour réduire à néant le risque de MTEV).

Le risque de MTEV devrait être tout autant mis en avant dans nos protocoles d’anesthésie que le risque cardiaque, rénal ou neurologique, puisqu’il prend ses racines dès la salle d’opération. Cette revue aborde donc les compressions pneumatiques intermittentes accompagnées (ou non) d’aspirine, les anticoagulants oraux directs, les statines, la lidocaïne intraveineuse et l’ALR centrale.

On a même un petit paragraphe bonus sur le profilage génomique, car la MTEV peut être expliquée dans près de 40% des cas par un terrain génétique.

Anesthesia & Analgesia, published ahead of print



Neuroscience / profondeur de l’anesthésie

Network Efficiency and Posterior Alpha Patterns Are Markers of Recovery from General Anesthesia: A High-Density Electroencephalography Study in Healthy Volunteers

Texte d’introduction sur le sujet/Papier : La récupération après une anesthésie générale est variable d’un patient à l’autre et a été peu étudié sur le plan électroencéphalographique. Le délai de récupération « ad integrum » après une AG n’est pas connu. Cette donnée est pourtant fondamentale et a des applications cliniques importantes notamment avec la pression des autorités de santé à réaliser de plus en plus d’anesthésie en ambulatoire, avec un retour précoce du patient à son domicile.
Dans cette étude expérimentale, les auteurs ont étudié en continu les variations de l’EEG durant 3 heures après la fin d’une anesthésie générale entretenue par Isoflurane. Ils observent un retour progressif à la normale, avec notamment une persistance d’ondes alpha dans le territoire postérieur, qui ne reviennent au niveau antérieur qu’à la fin des 3 heures de surveillance.
Cette étude préliminaire doit être interprétée avec précaution mais nous interpelle sur le fait qu’à la fin de l’anesthésie, tout n’est pas forcément terminé pour le cerveau du patient ! Ces résultats devront être confirmés sur des plus grandes cohortes et en conditions réelles.

Frontiers in Human neuroscience



Pharmacologie / hématologie

Idarucizumab for Dabigatran Reversal — Full Cohort Analysis

Il est désormais commun de prendre en charge des patients traités par anticoagulants oraux. Ceux-ci sont majoritairement prescrits en prévention d’accidents vasculaires ischémiques chez des patients en fibrillation auriculaire.
Dans un contexte d’urgence, que ce soit pour un saignement majeur ou pour une chirurgie, le maniement des anticoagulants oraux et leurs antidotes reste un enjeu majeur.

Cet article d’août 2017, nous apporte de nombreuses informations sur la faisabilité, l’efficacité et la sécurité de l’Idarucizumab, commercialisé en France sous le nom de Praxbind ®.

L’antagonisation y apparaît rapide, indépendante de l’âge, de la fonction rénale, et de la dose de dabigatran®.
En revanche, il est observé une réapparition du dabigatran® plusieurs heures après son antagonisation.
Il faut également noter l’absence de groupe contrôle, et plus particulièrement l’absence de comparaison avec les concentrés de complexes prothrombinique avec lesquels nous sommes familiers.

Quelles conséquences et quelles conclusions tirer de cette étude sur le premier antidote spécifique d’un anticoagulant oral ?

Nous vous invitons à le découvrir dans cet article du New England Journal Of Medicine.

NEJM

PS : ne manquez pas la SFAR web tv sur la gestion peri-opératoire des anticoagulants !