PANCREATITE AIGUË

Titre en anglais:

Promoteur : Société Nationale Française de Gastro-Entérologie
Co-organisation SFAR
1442414915_vector_65_132001
Source(s) :Référence de la publication :
Résumé / Conclusion:
La pancréatite aiguë (PA) est une affection parfois grave, nécessitant une prise en charge multidisciplinaire impliquant gastro-entérologues, chirurgiens, réanimateurs, anesthésistes, radiologues, urgentistes et biologistes.
Chaque étape de sa prise en charge (diagnostic positif, choix des examens d’imagerie, diagnostic étiologique, appréciation de la gravité, place de l’antibiothérapie prophylactique, conduite à tenir devant la nécrose stérile ou infectée) est l’objet de controverses. Sur de nombreux points de litige, des études, souvent randomisées, sont maintenant disponibles. Il paraissait opportun d’es
sayer de dégager un consensus sur les pratiques recommandables en matière de prise en charge de la PA.
Deux enquêtes récentes françaises ont donné un éclairage sur l’épidémiologie et les pratiques professionnelles dans notre pays. L’ensemble de ces résultats concernant l’incidence, les formes étiologiques, la gravité, rejoint la plupart des statistiques internationales les plus récentes. Une grande disparité dans la prise en charge de ces malades a été trouvée : grande variété de pratiques concernant les méthodes diagnostiques employées, l’utilisation des scores de gravité, les différentes techniques d’imagerie pour le diagnostic d’origine biliaire de la PA, les critères de transfert en réanimation, ainsi que les principales options thérapeutiques. Elles soulignent surtout la différence de comportement entre les représentants des différentes spécialités dans la prise en charge de cette affection quel que soit leur établissement d’exercice. Cette disparité de pratiques professionnelles souligne l’intérêt de la tenue de cette Conférence de Consensus.
Sommaire – Table des matières :

1. Comment faire le diagnostic positif et étiologique ?
2. Comment et à quel moment établir la gravité d’une pancréatite aiguë ?
3. Comment prendre en charge les formes non compliquées ?
4. Comment prendre en charge les formes compliquées ?
5. Comment traiter une pancréatite aiguë biliaire ?
6. Peut-on prévoir et prévenir la pancréatite aiguë post-CPRE ?

Auteur(s) :

  • P RUSZNIEWSKI,
  • P BOISSEL
  • G BOMMELAER :
    G BONMARCHAND :
  • J-F BRETAGNE
  • L BUSCAIL
  • M CHOUSTERMAN
  • P-L FAGNIEZ
  • X HEBUTERNE
  • L PALAZZO
  • P-J : VALETTE
  • B VEBER
Groupes de travail :
JURY :

  • G BOMMELAER,
  • G BLEICHNER
  • C BOUTELOUP
  • H BRICARD
  • J-M BRUEL
  • G CAPELLIER
  • L DREYFUS
  • R DUMAS
  • A LACROIX
  • B MATHEY
  • B NAPOLEON
  • O NOUEL
  • J-F QUARANTA
  • N ROTMAN
  • G ROUMIEU
  • D SAUTEREAU

 

EXPERTS :

  • M BARTHET
  • S BELOUCIF
  • J-P BERNARD
  • J BOYER
  • F BRIVET
  • J-F DELATTRE
  • R DELCENSERIE
  • B DUREUIL
  • J ESCOURROU
  • L GAMBIEZ
  • P HASTIER
  • P LEVY
  • C MATOS
  • B MILLAT
  • P MONTRAVERS
  • J MOREAU
  • D PEZET
  • A SAUVANET
  • V VILGRAIN
  • J-L VINCENT
  • J-F ZAZZO
  • M ZINS

 

GROUPE BIBLIOGRAPHIQUE :

  • D MALKA
  • I ROSA HEZODE
  • R LECESNE
  • E MAURY
  • P BERTHELEMY
  • P PAGES
  • H DUPONT
  • D SEGUY
  • F PILLEUL
  • K SLIM
  • M DEBETTE GRATIEN
  • E YAHCHOUCHI
  • L HEYRIES