Prise en charge en situation d’urgence et en réanimation des états de mal épileptiques de l’adulte et de l’enfant (nouveau-né exclu).

Titre en anglais: Emergency and intensive care unit management of status epilepticus in adult patients and children (new-born excluded)

SRLF
1442414915_vector_65_132008 – Dernière version à jour
Source(s) : SRLF
Référence de la publication :
Résumé / Conclusion :
L’incidence annuelle des EME convulsifs et non convulsifs est comprise entre 10 et 41 pour 100 000 habitants. L’incidence est plus élevée chez l’enfant et chez les adultes de plus de 60 ans. La prise en compte injustifiée dans certaines études épidémiologiques de tableaux électrocliniques constatés dans l’encéphalopathie post-anoxo-ischémique et pris à tort pour des EME majore considérablement l’incidence et la mortalité des EME.
Les EME surviennent dans 39 à 50 % des cas chez un patient porteur d’une maladie épileptique. Une récidive chez un même patient est observée dans 6 à 13% des cas. Les crises observées sont le plus souvent partielles évoluant secondairement vers des crises généralisées. Il existe de nombreuses classifications des états de mal épileptiques (EME) répondant à des problématiques différentes : épidémiologique, descriptive, thérapeutique et physiopathologique. Les EME se traduisent par une grande variété de présentations électro-cliniques, et surviennent dans des contextes étiologiques et physiopathologiques très variés pouvant influencer le pronostic. Les lésions cérébrales apparaissent expérimentalement chez le primate au bout de 60 à 90 minutes dans l’EME convulsif généralisé. Le retentissement systémique de l’EME convulsif (hypertension puis hypotension, hyperthermie, hypoxie, hyperglycémie puis hypoglycémie, acidose métabolique et parfois mixte) peut majorer le risque de lésions cérébrales.
Sommaire – Table des matières :
Champ 1 : épidémiologie, retentissement cérébral, définitions, formes cliniques, et
classification de l’état de mal épileptique (EME)
Champ 2 : diagnostic différentiel
Champ 3 : place de l’électroencéphalogramme
Champ 4 : enquête étiologique et facteurs pronostiques
Champ 5 : prise en charge non spécifique de l’EME convulsif généralisé
Champ 6 : médicaments utilisés dans le traitement de l’EME : données pharmacologiques
Champ 7 : prise en charge de l’EME convulsif généralisé : stratégies thérapeutiques
Champ 8 : état de mal épileptique réfractaire
Champ 9 : états de mal épileptiques non convulsifs
Auteur(s) : H. Outin, T. Blanc, I. Vinatier, le groupe d’experts Groupe de travail:

  • Comité d’organisation: organisateurs délégués : T. Blanc (Rouen), I. Vinatier (La-Roche-Sur-Yon)
  • Coordinateur d’experts : H. Outin (Poissy).
  • Groupe d’experts: B. Clair (Garches), A. Crespel (Montpellier), P. Convers (St-Étienne), S. Demeret (Paris), S. Dupont (Paris), N. Engrand (Paris), C. Fischer (Lyon), P. Gelisse (Montpellier), P. Hubert (Paris), J.-X. Mazoit (Le Kremlin Bicêtre), V. Navarro (Paris), D. Parain (Rouen), A. Rossetti (Lausanne), F. Santoli (Aulnay-sous-Bois), K. Tazarourte (Melun), P. Thomas (Nice), D. Savary (Annecy), L. Vallée (Lille).
  • Commission des référentiels et de l’évaluation de la SRLF : H. Gastinne, G. Capellier, L. Donetti, I. Auriant, D. Barnoud, T. Blanc, A. Cariou, A. Cravoisy-Popovic, L. Dupic, C. Gervais, C. Girault, C. Gouzes, F. Jacobs, P. Mateu, P. Meyer, M. Monchi, D. Orlikowski, J.-C. Raphael, P. Sauder, T. Van der Linden, I. Verheyde, I. Vinatier.