A Randomized Trial of Epinephrine in Out-of-Hospital Cardiac Arrest Perkins G.D. et al.

Mis en ligne le 15 novembre 2018
Article du mois

New England Journal of Medicine – July 2018

(DOI: 10.1056/NEJMoa1806842)

Analyse de l’article par le Dr Romain Jouffroy, SAMU de Paris,

CHU Necker – Enfants Malades, pour le Comité ACUTE de la SFAR

 

L’adrénaline, bien que controversée, reste le médicament de la réanimation cardiopulmonaire (RCP) lors de la prise en charge de l’arrêt cardiaque extra hospitalier (ACEH) ou intra hospitalier (ACIH) depuis les années 1960 [1].

L’effet recherché de l’adrénaline est son effet vasoconstricteur alpha-adrénergique, permettant d’améliorer les perfusions cérébrale et coronaire afin d’obtenir le retour à une activité cardiaque spontanée (RACS) [2]. Le bénéfice attendu de l’administration d’adrénaline est controversé en raison d’une part de la réduction induite de la microcirculation [2] avec un potentiel effet Accès à l´intégralité du contenu est réservé aux membres Médecins/Internes : connectez-vous ou devenez membre !