Faut-il traiter l’acidose métabolique sévère par bicarbonates de sodium en réanimation ?

Mis en ligne le 3 octobre 2018
Article du mois

Sodium bicarbonate therapy for patients with severe metabolic acidaemia in the intensive care unit (BICAR-ICU): a multicentre, open-label, randomised controlled, phase 3 trial

Samir Jaber, Catherine Paugam, Emmanuel Futier, Jean-Yves Lefrant, Sigismond Lasocki, Thomas Lescot, Julien Pottecher, Alexandre Demoule, Martine Ferrandière, Karim Asehnoune, Jean Dellamonica, Lionel Velly, Paër-Sélim Abback, Audrey de Jong, Vincent Brunot, Fouad Belafia, Antoine Roquilly, Gérald Chanques, Laurent Muller, Jean-Michel Constantin, Helena Bertet, Kada Klouche, Nicolas Molinari, Boris Jung, for the BICAR-ICU Study Group*

JAMA : https://doi.org/10.1016/S0140-6736(18)31080-8

Analyse faite par : Maxime Nguyen, Nicolas Nowobilski, Sebastien Mirek, Bélaïd Bouhemad

Service d’Anesthésie et de Réanimation, CHU Dijon, France
E-mail : sebastien.mirek@chu-dijon.fr
Pour le comité réanimation de la SFAR
Contexte :

L’acidose métabolique est fréquente dans les services de réanimation et est associée à une augmentation de la mortalité [1]. En effet, l’acidose métabolique entraine une dépression cardio-vasculaire (baisse de la contractilité cardiaque, du débit cardiaque, de la pression artérielle, de la sensibilité vasculaire aux catécholamines) et favorise la survenue d’arythmie ; elle stimule également la réponse inflammatoire et diminue la réponse immune [2,3]. Le bicarbonate de sodium est l’un des traitements de l’acidose métabolique. Sa prescription est fréquente par les réanimateurs mais également par les néphrologues [3]. Les effets bénéfiques attendus de l’administration de bicarbonate au cours de l’acidose métabolique sont liés à la correction de l’acidose. Ces principaux effets indésirables sont l’acidose intra-cellulaire liée à l’apport de CO2 et le risque d’hypocalcémie [2]. Accès à l´intégralité du contenu est réservé aux membres Médecins/Internes : connectez-vous ou devenez membre !