Mis en ligne le 28 juillet 2015
Article du mois

2 études récentes soulignent son intérêt, après chirurgie cardiaque et en réanimation

 


High-flow nasal oxygen vs noninvasive positive airway pressure in hypoxemic patients after cardiothoracic surgery – A randomized clinical trial. 

François Stephan et al. for the BiPOP study group. JAMA 2015. Published online May 17.

Commentaires du Pr Jean-Luc Fellahi, pour le Comité Scientifique de la SFAR 
Rationnel pour l’étude
L’insuffisance respiratoire aiguë est fréquente après chirurgie cardiaque et associée à une augmentation de la morbimortalité. La ventilation non invasive (VNI) est de plus en plus souvent utilisée pour la prévention et le traitement des épisodes aigus d’insuffisance respiratoire, sur la base d’un niveau d’évidence scientifique modéré. La VNI est cependant un acte thérapeutique complexe, pas toujours bien toléré par les patients et inefficace dans environ 20% des cas. L’oxygénothérapie nasale à haut débit via le système Optiflow est une technique simple, bien tolérée et utilisée de manière croissante en pratique clinique. Elle pourrait constituer une alternative intéressante à la VNI.
L’hypothèse de ce travail était que le système Optiflow utilisé en continu ne serait pas inférieur à la VNI intermittente (en moyenne 6h/j) pour la prévention ou le traitement de l’insuffisance respiratoire aiguë après chirurgie cardiaque.
Méthodes
Accès à l'intégralité du contenu est réservé aux membres de la SFAR : connectez-vous ou devenez membre !

High-flow oxygen through nasal cannula in acute hypoxemic respiratory failure. 

JP Frat, AW Thile, A Mercat et al. New Engl J Med.  May 21, 2015.

Commentaire d’article par PF Perrigault pour le comité réanimation
Introduction
Chez les patients en insuffisance respiratoire aiguë (IRA), le recours à la ventilation mécanique est associé à une mortalité importante. La ventilation non invasive (VNI) a montré son intérêt pour réduire le recours à l’intubation chez les patients BPCO décompensés (1) ou en OAP (2), en revanche son bénéfice, en cas de détresse respiratoire aigüe non hypercapnique, est moins clair. L’oxygénothérapie à haut débit (OHD), chez les patients en IRA, est mieux tolérée et apporte une meilleure oxygénation que l’O2 délivrée via un masque facial (OS) (3). L’effet de l’OHD sur l’intubation et la mortalité n’a jamais été évalué chez des patients admis en réanimation pour une IRA.
Objectif de l’étude
Comparer l’efficacité de la VNI, de l’OHD et de l’OS chez des patients en IRA, sans hypercapnie.
Méthode
Accès à l'intégralité du contenu est réservé aux membres de la SFAR : connectez-vous ou devenez membre !