Trial of Continuous or Interrupted Chest Compressions during CPR

Mis en ligne le 1 février 2016
Article du mois

Nichol G, N Engl J Med 2015 Dec 3;373(23):2203-14

Analyse de l’article par le Pr. Benoît VIVIEN, SAMU de Paris,

CHU Necker – Enfants Malades, pour le Comité Urgences de la SFAR

La réanimation cardio-pulmonaire (RCP) d’un patient en arrêt cardiaque nécessite, entre autres, la réalisation d’un massage cardiaque externe (MCE) et d’une ventilation en pression positive, afin de maintenir une circulation et une oxygénation suffisantes [1]. Avant le contrôle des voies aériennes par intubation endotrachéale (ou mise en place d’un dispositif supra-glottique pour les anglo-saxons), le MCE et la ventilation sont classiquement synchronisés sur un mode 30/2 depuis les recommandations internationales de 2005, c’est-à-dire sur une alternance continue de 30 compressions et de 2 insufflations. L’inconvénient majeur de cette modalité de RCP est lié aux interruptions régulières et fréquentes du MCE pour effectuer les manœuvres ventilatoires, qui pour chacune d’entre elles réduisent le débit sanguin et consécutivement diminuent l’efficacité globale de la RCP. Parmi les différentes stratégies envisagées pour pallier cet inconvénient, il a été proposé la réalisation d’une ventilation en continue, de manière indépendante, simultanée et donc asynchrone par rapport au MCE qui quant à lui serait donc effectué en continu sans interruptions dédiées aux manœuvres ventilatoires.

 Accès à l'intégralité du contenu est réservé aux membres de la SFAR : connectez-vous ou devenez membre !

0
X