Enquête : Implication des anesthésistes-réanimateurs en réanimation et surveillance continue pédiatrique dans les CHU français

Mise en ligne le 7 Juin 2018
Enquêtes
Retour

Gilles Orliaguet(1), Claude Ecoffey(2), Benoit Plaud(3) pour le Collège National des Enseignants d’Anesthésie et de Réanimation

(1)Fédération des Réanimations Chirurgicales pédiatriques-Hôpital Necker,(2)Pôle Anesthésie-Réanimation-CHU de Rennes, (3)Service d’Anesthésie-Réanimation Chirurgicale-Hôpital Saint Louis.

Position du problème et objectif de l’étude : On dispose de peu ou pas d’information concernant l’implication des anesthésistes-réanimateurs (AR) dans les réanimations et unités de surveillance continue (USC) pédiatriques en France. Une enquête a été réalisée auprès des chefs de service d’Anesthésie-Réanimation des CHU français, réputés avoir une activité de chirurgie pédiatrique dans leur établissement, afin de préciser ces données.

Matériel et méthodes : Une enquête en ligne et par courriel a été réalisée ; plusieurs relances par courriel et appels téléphoniques ont été réalisés pour obtenir la meilleure exhaustivité possible des résultats. Les questions concernaient l’existence d’une réanimation et/ou d’une USC pédiatrique au sein de l’hôpital, la spécialité du responsable de l’unité, le type d’unité (adulte, pédiatrique, mixte ; chirurgicale, médicale, polyvalente), la participation des AR à l’activité de ces unités, et certaines données médico-administratives. Les résultats sont présentés en n (%) pour les variables qualitatives et en médiane (IC 95%) pour les données quantitatives.

Résultats : 31/36 chefs de service contactés ont répondu (86%). Dans 7 cas, les AR n’avaient aucune implication en réanimation et en USC pédiatrique. Dans 1 cas il n’y avait ni réanimation ni USC pédiatrique dans l’établissement. La réanimation était sous la responsabilité des pédiatres dans 21 cas (75%) et 7 fois sous la responsabilité des AR ; elle était : chirurgicale (22%) ou médico-chirurgicale (78%). Il existait une USC dans 22 cas sur 23 réponses (95%) et elle était : chirurgicale (35%) ou médico-chirurgicale (75%). Dans 80% des cas, l’équipe médicale gérait la réanimation et l’USC, et n’était dédiée à l’USC que dans 20% des cas. Le nombre de lits et la répartition des équivalents temps plein (ETP), en fonction du type d’unité sont présentés dans le tableau.

Réanimation USC Données manquantes (n)
Lits (n) 10.0 (6.0-14.0) 6.5 (4.0-8.0) 11/21
ETP totaux 5.7 (3.2-9.5) 2.0 (0.1-5.3) 13/21
ETP AR 2.0 (0.0-3.5) 0.5 (0.0-6.0) 10/21
ETP pédiatres 4.0 (2.0-5.5) 0.5 (0.0-3.0) 13/21

Conclusion : Les AR jouent un rôle non négligeable dans les unités de réanimation et les USC pédiatriques, dont ils assument la responsabilité dans 25% des cas. Toutefois, ces résultats sont à interpréter avec précaution en raison du nombre élevé de données manquantes, malgré les nombreuses relances.