Enquête sur le protoxyde d’Azote et l’anesthésie générale

Mis en ligne le 11 juin 2018
Enquêtes

Prof Claude Ecoffey : claude.ecoffey@chu-rennes.fr

Cette enquête faite par mail a obtenu 1 676 réponses d’Anesthésistes-Réanimateurs travaillant en France (39% en CHU, 22% en CHG, 28% en CH privé, 3% en CAC et 8% autres).

Les répondants avaient moins de 10 ans d’activité pour 38%, entre 10 et 20 ans pour 24% et plus de 20 ans pour 38% d’entre eux.

L’activité était « Anesthésie adultes à + de 95% » pour 70% des répondants, « Anesthésie pédiatrique à + de 95% » pour 6%, et mixte pour 24%. L’activité mixte, pour 84% des répondants, est répartie à 70% adultes et à 30% enfants.

Quelle utilisation du protoxyde d’azote ?

Induction Entretien Entretien
enfant enfant adulte
Toujours 35 % 29 % 20 %
et > à 70% des cas
50% / 50% 10 % 9 % 9 %
Jamais 55 % 62 % 71 %
Et < à 30% des cas

Les raisons de la non utilisation sur les 4 points suivants pré définies dans le questionnaire sont : chirurgie digestive à 40%, prévention NVPO à 77%, ambulatoire à 23%, pollution atmosphérique à 61% (plusieurs réponses étant possibles).

Quel mode d’administration des gaz inhalatoires ?

55% des répondants utilisent un respirateur « classique », 18% un respirateur AINHOC et 27% un respirateur avec prévision de concentration.

Les débits de gaz frais peropératoires sont chez l’adulte à moins de 1L pour 71% des répondants et chez l’enfant pour 63% des répondants.

Quel gaz halogéné en entretien ?

 

 

Adulte Enfant
Sévoflurane Desflurane Isoflurane Sévoflurane Desflurane Isoflurane
Toujours
et > à 70%
des cas
59% 21% 2% 90% 2% 1%
50% / 50% 20% 21% 1% 3% 3% 0.5%
Jamais
Et < à 30%
des cas
21% 58% 97% 7% 95% 98.5%

Synthèse

Il y a une forte tendance à ne plus utiliser le Protoxyde d’azote chez l’adulte et chez l’enfant, dans cet échantillon de répondants. Les répondants qui ont une activité mixte, ont une pratique adulte/enfant similaire concernant la non utilisation du Protoxyde d’azote.

Le débit de gaz frais reste élevé (> à 1L) pour un tiers des répondants.

Les halogénés sont essentiellement le Sévoflurane, mais il y a un répondant sur 5 qui utilise principalement le Desflurane