Chèr(e)s collègues

Vous trouverez ci-dessous une nouvelle version 2.0 des Recommandations de Pratiques Professionnelles : « Préconisations pour l’adaptation de l’offre de soins en anesthésie-réanimation dans le contexte de pandémie de COVID-19 » (version Décembre 2020) établies par la Société Française d’Anesthésie et de Réanimation.

L’évolution de la pandémie en France, les avancées scientifiques autour de la COVID-19 et le report des interventions des vagues épidémiques non encore rattrapées nous ont conduit à modifier certaines recommandations et à en proposer de nouvelles.

A ce jour la situation en France est très hétérogène selon les régions. Ainsi, proposer un ensemble de préconisations unique pour l’ensemble du territoire reste impossible. Cette troisième version, nettement remaniée par rapport à la version 1.1 de l’été 2020, constitue un corpus de préconisations devant être appliquées dans leur ensemble dans les zones significativement touchées par la COVID-19, tandis que dans d’autres moins touchées un retour vers des pratiques plus habituelles pourra être envisagé après validation pluridisciplinaire (anesthésistes-réanimateurs, chirurgiens, médecins interventionnels, équipes opérationnelles d’hygiène, direction, etc.) au niveau de chaque structure. Pour en faciliter la lecture, les modifications significatives du fond contenues dans cette nouvelle version des recommandations ont volontairement été écrites en bleu.

Les principales évolutions de cette nouvelle version sont les suivants :

Préambule : une définition plus complète et précise des facteurs de risque de forme grave et de mortalité en cas d’infection à SARS-CoV-2 est proposée, classés par niveau de sur-risque engendré, tel que préconisé par le Haut Conseil de Santé Publique.

– Champ 1 : Protection des personnels et des patients : les règles de protection du personnel, actualisées en collaboration avec la Société Française d’Hygiène Hospitalière (SF2H), doivent continuer à être appliquées sur l’ensemble du territoire à ce jour.  Il est également rappelé qu’en dehors de la gestion des voies aériennes et de l’exposition à des fluides biologiques, l’usage des gants (seul EPI dont l’approvisionnement est en tension au niveau international au moment de la rédaction de cette V2.0) doit suivre les préconisations standard, le SARS-CoV-2 ne franchissant pas la peau saine.

– Champ 2 : Bénéfice/risque et information au patient : de nouvelles données nous ont conduit à rajouter le score de fragilité clinique (Clinical Frailty Scale) comme composante de l’évaluation pré-opératoire des risques liés au patient. Les modèles de lettre d’information aux patients, parents et enfants ont été actualisés.

– Champ 3 : Évaluation préopératoire et décision vis-à-vis de l’intervention : Une nouvelle recommandation sur l’établissement d’un circuit pérenne de prélèvement naso-pharyngé (et non salivaire) et de réalisation de RT-PCR (et non de test antigénique) pré-opératoire a vu le jour. Il y est également rappelé qu’une priorisation des patients devant être opéré doit être contractualisé avec le laboratoire pour garantir un délai permettant d’obtenir un résultat avant la chirurgie. Enfin, les résultats de la RT-PCR doivent être rendus conformément aux récentes recommandations de la Société Française de Microbiologie, introduisant la notion de PCR faiblement positive, pouvant correspondre à la persistance d’ARN viral sans virus infectant au niveau naso-pharyngé. En ce sens, l’algorithme de dépistage préopératoire de chirurgie programmée a été modifié et un nouvel algorithme décisionnel concernant les chirurgies une première fois reportées a été ajouté.

 

– Champ 4 : Modalités de la consultation de pré-anesthésie : la période de report de la chirurgie en cas de PCR positive a été actualisée selon les données les plus récentes de la littérature : au moins 2 semaines à partir de l’apparition des symptômes et 3 semaine si le patient est immunodéprimé, a fait une forme sévère de COVID-19 ou est âgé de plus de 65 ans.

 

– Champ 5 : Modalités particulières d’anesthésie et d’analgésie : la communication avec le pharmacien d’établissement en charge des stocks de médicament reste essentielle pour prévenir les erreurs médicamenteuses, alors que des galéniques de médicaments anesthésiques avec des concentrations inhabituelles, et/ou libellés en langue étrangère circulent encore dans certains établissements. Une nouvelle recommandation sur la thromboprophylaxie postopératoire a été ajoutée ; les stratégies habituelles devant s’appliquer en prenant en compte dans l’évaluation du risque le fait que la COVID-19 est un facteur de risque thromboembolique.

 

– Champ 6 : Circuits dédiés : afin de limiter le risque de contamination, les patients COVID+ doivent continuer autant que possible à être regroupés dans un même secteur, pour optimiser la prise en charge médicale et paramédicale et minimiser le risque de contagion nosocomiale. Une recommandation sur le dépistage systématique des patients hospitalisés en chambre double, quelle que soit leur symptomatologie et l’indication opératoire, a été ajoutée.

 

– Champ 7 : Gestion de l’activité en période de tension des plateaux interventionnels : le rôle de la cellule de régulation de l’activité chirurgicale reste essentielle et doit continuer à organiser la (re)programmation des interventions tant durant les vagues épidémiques, qu’au sortir de ces vagues pour les interventions reportées. En ce sens une version actualisée des liens vers les recommandations des sociétés savantes de chirurgie sur la priorisation des interventions par type de chirurgie vous est proposée.

Pr. Hervé BOUAZIZ – Président de la SFAR

Comité des Référentiels Cliniques de la SFAR