Transmission en réanimation : proposition de SSP1

(CAMR, Didier Journois, Francine Bonnet)

Tout travail continu en équipe nécessite des relais qui sont autant de brèches dans la continuité des soins. Ces relais sont basés sur la communication d’informations concernant chaque patient.

Contexte épidémiologique = intérêt du sujet

Les erreurs de transmission représentent 20% des plaintes aux USA

Statistiques 2007 de la JCAHO : des défauts de communication sont identifiés comme facteur favorisant de la survenue d’un événement indésirable dans près de 70% des cas

20 à 30% des informations délivrées pendant la transmission ne sont pas mentionnées dans le dossier du patient.

Objectif du travail sur la transmission

Objectif primaire: augmenter la sécurité et la qualité des soins

Objectif secondaire : opérer une transformation culturelle permettant de passer du concept de compétence individuelle du médecin expert à celui de compétence collective d’une équipe qui communique bien

Méthodologie :

Définir la transmission

Revue bibliographique centrée sur les données épidémiologiques, la nature du risque, le type d’EI, les facteurs favorisants, les outils testés, les recommandations des sociétés savantes d’autres pays (NHS 2006, OMS 2007, Australie 2007, JCAHO 2012 etc.), impact de ces stratégies

Ne pas se lancer dans des recommandations « top down » sûrement vouées à l’échec

= organiser une enquête nationale en plusieurs phases :  

TRANSMIT 1 (questionnaire en ligne, logiciel de sondage LimeSurvey)

Étude prospective observationnelle ayant un double intérêt : avoir un état des lieux préalable et sensibiliser les différentes équipes à la réflexion sur ce sujet

Contenu du questionnaire = indicateurs de structure (ex : nombre de lits, type de recrutement, DMS, nombre de médecins), enquête de pratiques (ex : transmission au lit du patient ou assis dans bureau, existence d’une procédure et/ou de moyens mnémotechniques, participants, support papier ou informatique, possibilités de prise de notes, nature des échanges etc.)

TRANSMIT 2 a et b

Enquête qualitative = analyse systémique d’événements indésirables apparemment liés à un défaut de transmission (déclaratif)

Objectif : mettre en évidence les situations favorisant les insuffisances de transmission en réanimation et chercher des événements traceurs de défauts de transmission.

● Élaborer des recommandations personnalisées à partir des données bibliographiques et des résultats des enquêtes TRANSMIT

Néanmoins émergent quelques grands principes qui semblent communs aux industries à risque et aux différentes propositions dans des autres sociétés savantes d’anesthésie réanimation :

● Nécessité d’un FAISCEAU de mesures répondant aux facteurs systémiques identifiés :

1. Eduquer et former les équipes aux principes d’une transmission efficace

2. Faire de la transmission une priorité et l’organiser formellement

● Lieu dédié = créer les conditions environnementales d’une transmission sereine moins sujette à erreur ( ex : lieu « calme » à distance des répétiteurs d’alarme etc.)

● Procédure évitant les interruptions.

3. Définir le mode de communication optimal

● verbal

● face à face (composantes non verbales de la communication)

● interactif (questions de l’équipe montante) → ↘ défauts d’interprétation et ↗correction des erreurs par un œil neuf

4. Standardiser le contenu en développant un protocole

= support mnémotechnique pour améliorer la qualité en évitant les oublis d’informations pertinentes, ou la transmission d’infos erronées)

Mais permettre à celui qui reçoit les informations d’utiliser ses propres moyens mnémotechniques, en particulier la prise de notes écrites

5. Développer les outils informatiques

TRANS SFAR + est la proposition correspondant à cette démarche et dont le CAMR propose qu’elle soit reconnue comme SSP1 :

transSfar-telechargement